LVIV (Ukraine)

pays n° 9.

On avait perdu l’habitude d’attendre aux frontières. Ici, pas de doute, tout est fait pour vous le rappeler. Et encore pour penêtrer sur le sol ukrainien cela peut aller. Après un premier contrôle polonais, l’ukrainien est plus strict. Le passeport et la carte grise vous donne le droit d’avoir un papier, où est inscrit votre numéro d’immatriculation. Vous faites quelques centaines de mètres sur une voie très sécurisée jusqu’à un portail.

Le militaire prend votre papier, le vérifie, et ouvre le portail, vous êtes en UKRAINE.

Comme il n’y avait pas de propriété, en ex urss, les routes sont de longues, longues lignes droites, jusqu’à LVIV (prononcer LVOV), ville de 700 000 habitants.

La grande place et son théâtre très réputé.

P1010217

Avec ses activités, les gens jouent aux cartes, aux échecs. On se fait tatouer à l’aiguille, en pleine rue. des chorales chantent. Il y a beaucoup de monde aux terrasses des cafés en ce dimanche ensoleillé.

Et puis, il y a les femmes. Si la pragoise est belle et classe, l’ukrainienne est très belle.  c’est une institution chez elle d’être belle et de se faire remarquer. C est comme un passeport pour sortir de son quotidien, parcourir le monde, mais c’est souvent une voie de garage.

Elles aiment bien le touriste. Et ne sont pas toujours blondesP1010221

IWONA par exemple qui soulève sa jupe devant moi, en me regardant, comme une invitation au voyage et un passeport pour l’EUROPE. Mais non IWONA, trouve toi quelqu’un ici moi je ne suis qu’un itinérant.

Et ANASTASIA,

Elle aussi, sur les marches de l’église, comme pour me dire qu’elle est pure, m’exhibait ses cuisses, en écartant sa robe rouge passion. Elle n’a jamais voulu que je prenne son visage,  elle pleurait à chaudes larmes parce  que notre idylle naissante était vouée à l’échec.    IT ‘S JUST A DREAM !!!!

Et puis il y a le retour en POLOGNE qui te fait regretter d’être venu.

Lundi matin, départ aux aurores. Arrivé à la frontière, le CHOC. 4 files de voitures sur 2 kms, de bus, de camions aux postes frontières. Un retour à la guerre froide?

Un douanier me dit grâce à GOOGLE TRADUCT que j’en ai pour 5 heures. C’est l’horreur, ma journée de visites à ZAMOSC et LUBLIN risque de passer à la trappe.

Je suis arrivé sur place à 7 h 10. Il est 14 h 30 j’ai avancé d’une centaine de mètres. Il m’en reste autant mais je viens de passer le 1er contrôle qui gère seulement la répartition des files de voitures.

Le deuxième contrôle délivre un petit papier avec l’immatriculation. Il est fait par 2 « douaniers » avinés au possible.

Le troisième point de contrôle est une fouille du véhicule. Coffre, capot et portes doivent être ouvertes. Le préposé avec sa baguette, tape sur les ailes, bas de caisse, pot d’échappement et surprise il tombe sur ma lampe torche qu’il démonte entièrement. Enfin il met un tampon sur le petit papier.

Le quatrième contrôle, c’est le passeport. Je fais la queue et je ressort avec un nouveau tampon sur mon petit papierP1010234

Une jolie militaire ukrainienne me demande le passeport et la carte grise pour effectuer un cinquième contrôle. Et c’est là que la folie des hommes qui ont mariné depuis le matin, agit. Nous sommes 5 files de véhicules et 50 m plus loin il n’en faut que 2. Je n’ai jamais vu un tel bordel. Je vous assure, jamais.

Non sans mal, le sixième contrôle est en vue. Cà y est l’UKRAINE est derrière moi, mais c’est le contrôle polonais qui s’offre à moi. Voilà, contrôle polonais du passeport.

Libéré délivré…mais non ! une douanière polonaise m’invite à ouvrir le coffre et à sortir tout sur le trottoir car elle veut voir l ’emplacement de ma roue de secours.

Finalement le passage de la frontière ukraino polonaise aura duré 12 heures. Je rapelle que l’UKRAINE est dans l’espace SHENGEN depuis juillet 2017. Comment vouloir entrer dans l’EUROPE et opter pour la circulation des personnes et des marchandises avec les restes d’une bureaucratie stalinienne, dans une désorganisation totale.

Faire attendre tous ces gens, certains avec des enfants, en plein soleil, sans pouvoir acheter à boire ou à manger, pas de toilettes non plus, dans ce no man’s land de 3 kms est proprement scandaleux.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s